Une Batarde

Catégorie de l'article :

Le suicide, c’est impoli !

Aujourd’hui, la bâtarde (loyale et dévouée) que je suis te redonne goût à la vie et t’empêche de faire une grosse bêtise.

Pour commencer, se suicider, ce n’est pas très poli. Ce n’est pas très sympa non plus pour ton entourage qui, exception faite pour les héritages cyclopéens, sera triste que tu te sois fait sauter la cervelle, mais qui en plus devra payer très cher le pressing.

Ensuite, il faudra trouver quelqu’un pour mettre de l’ordre dans tes affaires. Or cette personne, nécessairement proche de l’être humain que tu es étais – risque de ne pas s’en remettre et, par conséquent, se suicidera elle aussi. Au final, ça fera beaucoup de chats, de plantes et de courriers dont il faudra s’occuper.

En plus, si tu te suicides, tu n’auras pas le plaisir de voir tes (futurs) enfants s’avoiner pour hériter de ta chaumière, tu ne sauras jamais si les êtres humains pourront un jour se déplacer à bord de voitures volantes avant d’être décimés par une horde de zombies, si François Hollande ira jusqu’à la fin de son quinquennat, etc.

Et puis se tuer est plus compliqué qu’il n’y paraît : comment faire un nœud et l’accrocher à son plafond sans devenir fou ? Sous quelle ligne de métro se jeter sans que toute la ville ne soit en retard à cause de soi ? Quelle marque de sèche cheveux pour mourir comme Claude François ? Bref, comment se tuer sans souffrance et sans avoir besoin de le Googler ?

Redonner un sens à la vie est bien plus facile ! Tu peux, par exemple, faire une grille de Sudoku. Si tu es nul, commence par le niveau 1. Regarde la magie du printemps arriver – surtout cette année, ça prend un temps fou ; lève les yeux vers le ciel (évite de le faire sous un platane) ; mange une orange ; visualise la mer (par temps clément) et fais-toi des compliments : « Oh, que je suis beau, aimable et intelligent ».

N’oublie pas que demain est un jour nouveau. Même si c’est un lundi. Et surtout rappelle-toi qu’il existe des autres très sympas, qui peuvent même devenir des amis, des meilleurs amis, des maris, des fils. Finalement, tu es peut-être maniaco-dépressif mais avec un peu de chance, l’hérédité sautera une génération.

Et pour finir (sans en finir) : ne te sens jamais inférieur ou PIRE ENCORE : supérieur à ton semblable, y compris lorsqu’il s’agit d’un cycliste – lui aussi, un jour, s’est peut-être raccroché à la théorie des voitures volantes. Bref, attend une petite minute, il n’y a pas de train à prendre (ni sous lequel se jeter). Tu as toute la vie pour te suicider ! =)