Une Batarde

Catégorie de l'article :

5 bonnes raisons de larguer l’homme de ta vie

je-te-quitteJ’étais censée en écrire 10, mais j’ai été interrompue au moment de leur rédaction (les tentatives de réconciliations sur l’oreiller sont nombreuses et impromptues, mais peu d’entre elles portent leur fruit…) (Et c’est tant mieux )

Il te trompe tous les soirs avec sa PS3

Tu as beau te trémousser dans ta petite serviette blanche au sortir de la douche, faire malencontreusement tomber ton chargeur de téléphone devant lui, pleurer toutes les larmes de ton corps parce que My Little Box a pris du retard ce mois-ci… Rien à faire contre DarkSider 2 et compagnie. Les premiers temps, tu profites de ces interminaaaaables soirées pour faire tous les trucs de gonzesse que tu remets au lendemain depuis une semaine (sortir tes poils sous peau, par exemple). Mais une fois que tu n’as plus l’ombre d’une cuticule et que chacun de tes ongles est verni, lustré, laqué, et poli, ce n’est plus les poils sous peau mais les doigts du cul qu’il faut sortir. Et tu finis par rêver de destruction massive, en commençant par cette fichue console qui, elle, n’a pas besoin d’en faire autant pour que ton homme passe toute la soirée à la regarder. BITCH.

Sa meilleure amie lui fait un peu trop les yeux doux

Jadis, ils mangeaient ensemble leur crotte de nez. Aujourd’hui, ce n’est plus ses khranouna mais son zobi qu’elle aimerait manger. Pourtant, d’après ses dires à lui, il n’y rien entre eux. En tout cas, pas de son côté à lui… « Je te jure : elle ne m’attire pas du tout ! Elle ? Elle je sais pas… » (Comprendre : « elle, elle aimerait bien me sauter. Moi non. ») (Autre variante : elle, elle aimerait bien me sauter. Moi non. Plus maintenant »). Oui parce que souvent, c’est déjà fait ! (Et souvent, ça a foiré). Malgré l’excuse de la panne, de la gueule de bois ou de-la-soudaine-prise-de-conscience-incestueuse (« on peut pas faire ça, j’ai l’impression de b***** ma sœur ! »), tu ne peux pas t’empêcher de les imaginer se dépoussiérant mutuellement les étagères. Surtout quand elle le regarde avec ses yeux de pucelle d’Orléans. Mais tu finis toujours par te faire une raison et compatir : ce n’est pas avec elle mais avec moi qu’il est après tout ; ce n’est qu’une allumeuse, rien de plus ; oh et puis elle est quand même sympa. Quand elle fait semblant.

Ce soir, il est fatigué. Et demain aussi.

Quand vous vous êtes rencontrés, tu as passé des nuits blanches à le monter fièrement comme un étalon, tu t’es levée tôt le matin pour avoir l’air fraîche au moment où il allait émerger de sa nuit, tu as fait une croix sur la sieste du dimanche pour pouvoir préparer un dîner digne de ce nom, tu t’es levée à 4h du matin pour rentrer plus tôt de vacances et le retrouver. En surtout, tu as perdu ce précieux bien qu’est le sommeil parce que Monsieur est parfois dur à suivre et que l’insomnie n’oublie jamais de pointer son nez dans ces moments-là. Bref, ton capital bien-être a pris une sacrée pichenette et tu n’as jamais rien dit. Pourquoi ? Parce que quand on aime on ne compte pas, y compris les heures passées dans les bras de Morphée. Mais quand tu te sens d’humeur un peu olé olé et que lui est encore et toujours « fatigué », tu finis par te dire que NON, il n’est pas question que l’on t’endorme de cette façon. Et toc.

Ce n’est pas toi mais le foot qu’il va épouser

Les chants des supporters, la pression qui retombe après la victoire, la puissance des cris dans le stade, les jolies passes de Messi… Au début, tu trouvais tout cela très champêtre et tu as même appris à détester l’équipe adverse (quand ton mec supporte le Real Madrid et l’OM, tu dois apprendre à détester le Barça et le PSG…). Aujourd’hui, tu envies tes copines dont le mec s’est pris de passion pour le golf et/ou le tir : le premier fait moins de bruit et le second permet de supprimer ceux qui aiment le foot, par exemple. Puis tu réalises à quel point nous, les filles, avons des centres d’intérêts bien plus exaltants et une façon bien plus civilisée de kiffer la vie. Nous ne sommes pas obligées, par exemple, d’apprendre à détester Desperate Housewifes quand nous regardons Sex and the City. Il faut détester Desperate Housewifes ET Gossip Girl. Enfin, tu es profondément exaspérée d’entendre ton mec dire « on » quand il parle de son club et « elle » quand il parle de son couple. C’est pas de moi c’est de Sofoot.

Parce qu’il ne comprend jamais rien

Oui = Non ; Non = Oui ; Peut-être = Non ; Je suis désolée = Tu vas le regretter ; J’ai besoin = Je veux ; C’est ta décision = Tu te plantes ; Fais ce que tu veux = Tu vas le payer ; Je voudrais te parler = Je veux me plaindre ; D’accord, vas-y = ça va pas la tête ?! Je ne suis pas fâchée = Evidemment que je suis fâchée ; Sois romantique, éteins les lumières = J’ai grossi… C’est pourtant pas compliqué ! Mais rien à faire, il ne fait aucun effort pour communiquer (autrement dit : décoder les sous entendus complètement tirés par les cheveux le langage subtil avec lequel tu t’exprimes) et faire en sorte d’être entièrement d’accord avec toi que cela s’arrange. Par-dessus le marché, il ne peut pas s’empêcher d’essayer de tout solutionner alors que toi, tu as juste envie de te plaindre quand tes copines ne sont pas là… C’est trop demander d’écouter en hochant la tête ?

Mais surtout parce que…

février

mars

avril

mai

…ce n’était pas lui l’homme de ta vie. Lui, il ne te trompe pas avec sa PS3 mais avec Candy Crush ♡